Une commune dans la République

1-mairieDepuis longtemps les Quinocéens sont nombreux à demander à leurs élus que la devise de la république, le drapeau tricolore et le drapeau européen, soient apposés aux façades de l’hôtel de ville et des écoles de la commune.
Même si pour l’hôtel de ville il n’y a pas d’obligation réglementaire à cette disposition, les dramatiques attentats de l’année dernière et les rassemblements républicains de nos concitoyens imposent une accélération de la réponse à cette demande.
Pour l’hôtel de ville, après une longue étude pour le choix de la forme et des couleurs du “logo” concernant la devise de la république, monsieur le maire et son entourage ont choisi un support et un visuel pour le moins discret.
En effet la plaque apposée courant août n’avait visiblement pas attiré l’attention des conseillers que j’ai interpellés et qui n’étaient pas informés de son installation.
Pour le drapeau tricolore et le drapeau européen il n’apparaît pas que des interrogations ou discussions complexes soient nécessaires sur leur couleur et leur forme. Leur positionnement sur les deux supports de hampe traditionnels prévus à cet effet devrait donc être effectué rapidement.
On peut souhaiter que cela soit réalisé avant les cérémonies du 11 novembre dont Saint-Quay-Portrieux est le maître d’œuvre pour le Sud-Goëlo.
En ce qui concerne les établissements scolaires, la loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République impose que :
“Art. L. 111-1-1. – La devise de la République, le drapeau tricolore et le drapeau européen sont apposés sur la façade des écoles et des établissements d’enseignement du second degré publics et privés sous contrat. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 est affichée de manière visible dans les locaux des mêmes écoles et établissements.”
Cette obligation s’impose donc à tous les établissements scolaires de Saint-Quay-Portrieux y compris aux deux établissements catholiques sous contrat, ce que semblent ignorer le maire et son premier adjoint François Héry en charge de l’éducation (voir réponses à la question diverse de la conseillère Isabelle Quéré lors de la séance du 20 novembre 2015 du conseil municipal) .
En illustration les photographies ci-dessous présentent les accueils du Lycée public de La Closerie, de l’école publique des Embruns et de l’école privée du Sacré Cœur de nos voisins à Plourhan.

2-la-closerie

3-les-embruns

4-sacre-coeur

Enfin pour être complet, si la loi du 8 juillet 2013 dite loi Peillon n’a pas reçu les suffrages de l’opposition droite et centre, par contre l’amendement présenté par le Gouvernement – objet de l’article L.111-1-1 cité plus haut – a été adopté à l’unanimité par le Sénat.

Le 8 novembre 2016
Albert Vasselin