Quand Saint-Michel vendait des Bamboulas

La bamboula est une danse effectuée au son d’une variété de tambour africain, le bamboula, instrument à percussion dont elle tient son nom. Le terme est dérivé de kam-bumbulu et de ba m’bula en langues bantoues qui signifie tambour.

Bamboula

Dans les années 1980, la biscuiterie Saint-Michel (Saint-Michel-Chef-Chef, Loire Atlantique) commercialisait des  biscuits cacaotés sous le nom Bamboula. Banania, la poudre à base de cacao pour le petit déjeuner existe toujours, avec son personnage qui a changé de tête au fil des époques, mais qui ne dit plus “y’a bon”.

Bamboula et Banania sont devenus des termes péjoratifs pour désigner des personnes d’origine subsaharienne.

Ce mot a été mis dans le feu de l’actualité par Théo, le jeune français d’origine subsaharienne* empalé par une matraque télescopique et qualifié par Luc Poignant, le chargé de communication du syndicat Unité SGP Police d’à peu près convenable, ce qui a suscité l’indignation.

On a supprimé certains mots du vocabulaire, pour les remplacer par d’autres, dans le but de modifier le concept. Ainsi race a été remplacé par ethnie, esquimau par inuite, arabe (d’Afrique du nord) par maghrébin puis par beur (s’il habite en France), pédé par gaynègre par noir puis par (*)subsaharien, le terme officiel que j’utilise désormais. Des mots innocents, comme Bamboula, Banania ou melon ont pris une connotation raciste.

L’apologie du racisme ou de l’homosexualité sont des délits. Convient-t-il maintenant de dresser la liste des mots interdits et d’établir pour chacun un degré de gravité et une sanction appropriée ?

Marine Le Pen veut faire baisser le prix de l’electricité

C’est ce qu’elle a dit lors de l’émission politique sur France 2 hier soir. Comment ?

EDF est en situation de faillite, sa valorisation en bourse s’effondre. Qu’est-ce qui a conduit à cette situation ? Plusieurs facteurs en sont la cause, j’en parlerai dans un prochain article. Parmi ces facteurs, la fixation par l’Etat, depuis les années 1980, du prix de vente de l’électricité sans tenir compte des coûts de production (investissements + exploitation). Pourquoi l’Etat a-t-il exercé cette contrainte ? Parce que l’électricité occupe une place prépondérante dans le calcul de l’indice des prix à la consommation qui sert à la revalorisation du SMIC, des salaires et des retraites. Le tabac faisait partie aussi de l’indice des prix, mais l’Etat l’a retiré de façon à pouvoir l’augmenter fortement.

Quelles sont les conséquences d’une baisse ou d’une non revalorisation des prix de l’électricité ?

– Forcer EDF à faire des économies drastiques portant sur l’entretien et la sécurité des installations.

– Réduire les effectifs de l’entreprise (et des sous-traitants) par l’arrêt des embauches de jeunes.

– Un prix d’électricité trop bas favorise le gaspillage (chauffage électrique) alors que les autres consommations sont à la baisse (éclairage par LED, électroménager plus économique).

L’électricité est indispensable à la vie, comme le pain. Pendant le deuxième conflit mondial et durant plusieurs années après, le prix du pain était fixé par l’Etat, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Voyons l’évolution comparée des prix à la consommation, des carburants, du gaz, de l’électricité et du pain depuis 1960 :

prix de l'électricité

PS : Il serait normal que le “tarif agent” augmente en même temps que le prix de vente aux particuliers.

Palindromes de lettres et de chiffres

Vous avez sûrement entendu parler des palindromes, ces mots et ces phrases symétriques qui peuvent se lire de gauche à droite ou de droite à gauche.

Des phrases : “Esope reste ici et se repose, “Engage le jeu que je le gagne, “Éric notre valet alla te laver ton ciré” (variante “Luc notre valet alla te laver ton cul”).

Des noms communs ou des verbes : radar, rotor, kayak, été, ici, tôt, rêver, ressasser, snobons.

Des noms propres : Callac, Laval, Senones.

On parle aussi de nombres palindromes.

Ma génération aura vécu sous deux années palindromes : 1991 et 2002. 1991 est un palindrome intéressant, regardez cette addition : 149 + 941 = 1090 ; 1090 + 0901 = 1991

Palindrome par addition : 12 345 678 + 87 654 321 = 99 999 999

Palindrome par élévation au carré : 111 111 111 x 111 111 111 = 12 345 678 987 654 321.

Matraque télescopique et Théo : viol ou accident ?

La matraque ou bâton télescopique, portée par les forces de l’ordre est notamment efficace contre un agresseur portant une arme blanche. Venant dans le prolongement du bras, elle permet de porter des coups à une certaine distance, en décuplant fortement la force de frappe, grâce en particulier à la boule en acier revêtue de caoutchouc à son extrémité). L’utilisation de la matraque nécessite peu d’apprentissage, contrairement aux autres armes de défense. Chacun sait naturellement manier un bâton. Elle reste efficace même si la personne qui l’utilise est paniquée et désordonnée dans ses mouvements (ce qui arrive généralement en cas d’agression). Quelle que soit la manière dont il l’agite, le porteur est pratiquement sûr de toucher sa cible à un moment ou un autre ! Ce qui n’est pas le cas avec la majorité des armes blanches qui exigent une grande maîtrise de leur utilisation, et surtout, un contact physique direct avec l’agresseur.

La matraque est une arme contondante classée en catégorie D (vente uniquement aux majeurs). Elle est réservée aux forces de l’ordre et il est interdit aux particuliers de la porter sur la voie publique. La vidéo ci-dessus montre 5 différentes frappes enseignées pour le maniement du bâton télescopique. Regardez bien la cinquième frappe (pas numérotée) : la piqûre. C’est la frappe qu’a exercée le policier et qui a conduit à l’introduction de la boule dans l’anus de la victime. Était-ce un acte délibéré ? Une piqûre portée vers les fesses sans vouloir viser l’anus ? L’analyse des vidéos image par image le dira, peut-être ?

En attendant, la frappe dite piqûre devrait être proscrite, sauf en cas d’urgence absolue.

Une classe maternelle ferme aux Embruns

Article corédigé par Michel Thépault et Denis Roques

Saint-Quay-Portrieux, le déclin continue.

Ecole maternelle les Embruns © Michel Thépault

Foyer des Jeunes Travailleurs © MT

Après les récentes fermetures d’hôtels (le Gerbot d’Avoine, l’hôtel Saint-Quay), après la publication par l’INSEE des résultats du dernier recensement qui a révélé que la population de la commune venait de passer en dessous de 3000 habitants, c’est au tour de l’école. L’Inspection Académique envisage de fermer une classe à l’école maternelle des Embruns de Saint-Quay-Portrieux, ce qui provoque la colère des parents.
Moins d’enfants, la baisse de la population se confirme. Le maire a beau essayer de gonfler les statistiques en annonçant 300 nouveaux arrivants* dans la commune, personne n’est dupe.
(*) Un retraité venant de la région parisienne m’a confié qu’il avait été convié avec sa femme à une cérémonie d’accueil des nouveaux arrivants. Mais ça fait deux ans et demi que le couple s’est installé à Saint-Quay-Portrieux. Ils n’iront pas.

Non loin des Embruns, le foyer des jeunes travailleurs est quasiment vide, comme la résidence les Mimosas. Alors que les listes d’attente pour obtenir un HLM s’allongent partout en France France, Saint-Quay-Portrieux fait exception avec ses logements sociaux vacants. Et on en construit d’autres… Parallèlement le prix de l’immobilier s’effondre, les terrains à bâtir sont pléthore et ne se vendent que lorsqu’ils sont bradés.

Comment expliquer la perte de vitesse de notre commune ?

J’ai quelques pistes, ça fera l’objet d’un prochain article, merci d’avance pour vos contributions…

Combien gagne un député, frais compris ?

Dans un article précédent (Le mariage pour tous : l’argent et la politique), j’avais donné des chiffres sur les émoluments des députés. Mais j’avais oublié l’essentiel : l’IRFM, l’Indemnité Représentative de Frais de Mandat, d’un montant mensuel de 5770 €* nets et non imposable. Cette enveloppe mensuelle est destinée à faire face aux diverses dépenses liées à la permanence parlementaire (frais de transport, de réception. Or les transports (SNCF et Air France) sont déjà gratuits et les réceptions rarement payées par les députés, qui sont plutôt invités dans tout un tas d’événements et qui invitent rarement. Il faut se rendre compte que 5770 € non imposables, ça correspond à 10 000 € bruts imposables !

Je remercie Monsieur Bruhat d’avoir attiré mon attention sur l’IRFM en me faisant parvenir un “guide de mauvaise conduite” à l’usage des députés, cliquez sur le lien ci-dessous pour l’afficher :

Mini guide sur l'IRFM

Détail des émoluments d’un député ?
Indemnité mensuelle : 7 185,60 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (5 581,05 €), une indemnité de résidence (167,43 €) et une indemnité de fonction non imposable (1 437,12 €).
Indemnité représentative de frais de mandat 5 770 €* nets et non imposables par mois, pour faire face aux diverses dépenses liées à la permanence parlementaire (frais de transport, de réception…). Une reforme de février 2015 interdit toute « nouvelle acquisition de biens immobiliers » avec cette enveloppe.
(*) l’indemnité a baissé, elle était de 6412 € jusqu’en 2012.
Rémunération des collaborateurs : 9 561 € bruts par mois
+ accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1re classe, Air France (avec certaines limitations), remboursement des forfaits de cinq lignes mobiles et d’un abonnement Internet.
Total : 22 516,60 €

Attaque du Louvre : terrorisme ou bavure ?

Je fais un parallèle entre deux faits divers :

– Théo, un Français de 22 ans, un grand gaillard de 1,90 m, blessé au niveau de l’anus par un policier de la brigade anti criminalité à Aulnay sous Bois, le 2 février 2017, en réponse à un coup de poing porté sur un des policiers.

– Abdallah, un Egyptien de 29 ans, un gringalet de 1,65 m, blessé de 4 balles dans le bas ventre par un soldat de l’opération sentinelle au musée du Louvre, le 3 février 2017, en réponse à un coup de machette porté sur un des militaires.

Dans les deux cas il n’y a pas eu que je sache de vidéo montrant le début de l’attaque, le coup de poing et le coup de machette. Pour Abdallah, quelqu’un, à part les militaires l’a-t-il vu proférer “Allahou akhbar” ?

Le traitement judiciaire et médiatique des deux affaires a été très différent.

Pour Théo, les quatre policiers ont été placés en garde à vue et mis en examen pour viol en réunion. Le maire d’Aulnay sous Bois et même le Président de la République ont rendu visite au jeune homme. Il n’est pas poursuivi pour les coups qu’il a donné aux policiers.

Pour Abdallah, les militaires n’ont fait l’objet d’aucune poursuite, le soldat qui avait eu une égratignure au cuir chevelu est ressorti de l’hôpital le lendemain. Abdallah, très grièvement blessé, il était entre la vie et la mort pendant 48 heures, a été interrogé sans ménagement par les services spéciaux, jusqu’à ce que son état nécessite un retour en soins intensifs. Il est placé en garde à vue et restera certainement derrière les barreaux pendant plusieurs mois.

Dans les deux cas les faits sont troublants : pour Théo, c’est… sidérant. Pour Abdallah, la présence de bombes de peinture dans son sac à dos font plutôt penser à un projet de dégradation d’œuvres d’art plutôt qu’un attentat sur des vies humaines. Autres faits troublants : “Armes Bastille” ne vend pas de machettes, une machette est loin de coûter 300 €, et même armé de deux machettes, un petit gars de 1,65 m devrait pouvoir être facilement désarmé par quatre militaires en tenue de combat sans qu’ils aient à lui tirer quatre balles dans le ventre.

Le point commun entre Théo et Abdallah : ils ont tous les deux été victimes d’une bavure, la première a été qualifiée “viol en réunion” et la “seconde légitime défense.”

Autre fait troublant : pourquoi a-t-on tenu enfermés les touristes pendant plusieurs heures dans les salles du musée ? Pourquoi avoir évacué et fermé le musée ce jour-là ? Principe de précaution ou enfumage médiatique ?

L’homéopathie est-elle une pseudoscience ?

On parle beaucoup de la Russie, avec ses implications dans les campagnes électorales américaine et française, le financement de la campagne du Front National, l’allusion à l’homosexualité supposée d’Emmanuel Macron, le site d’informations sputniknews a été largement cité. Du coup j’ai consulté le site et relevé cet article intéressant :

Pseudoscience en Russie, source de revenus en France.

En Russie, l’homéopathie a été reconnue comme une pseudoscience. L’initiative pourrait affecter les fournisseurs de produits homéopathiques, tels que Boiron, le leader français de cette industrie. Le gouvernement français reste réticent à propos de ce sujet.

Tandis que l’initiative russe de qualifier officiellement l’homéopathie de “pseudoscience” a suscité une vague de mécontentements auprès des milieux homéopathes, il ne faut pas oublier que les principaux exportateurs de produits homéopathiques sont des géants européens, tels que la société homéopathique française Boiron. En France, le gouvernement n’a pas l’intention de lutter contre l’industrie homéopathique ou de la limiter de quelque façon que ce soit.

Roland Cash, docteur en médecine, spécialiste de l’économie pharmaceutique et co-auteur de l’étude “Tempête sur l’homéopathie” a raconté à Sputnik pourquoi la France ne suivait pas l’exemple russe malgré le scepticisme de la communauté scientifique.

“En France, beaucoup de gens utilisent l’homéopathie et c’est étonnant parce qu’on a aucun effet. (…) Il n’y a pas de mécanisme, c’est de l’eau. C’est comme si on avalait un verre d’eau sucrée. La question en médecine c’est l’effet placebo en fait qu’on appelle, l’effet d’autopersuasion, d’autosuggestion”, a fait savoir M. Cash à propos de l’homéopathie.

Selon lui, le problème de l’homéopathie provient du marketing agressif et de l’ignorance médicale des gens qui ne comprennent pas que les dilutions successives “enlèvent toutes les molécules actives”.

“Ils (les consommateurs, ndlr) ont l’habitude de prendre ces produits, il y a certains médecins qui les prescrivent, les pharmaciens les mettent en évidence dans les rayons, la publicité est bien faite, c’est uniquement du marketing. (…) Ça n’a pas d’effet”, a estimé Roland Cash.

homeopathy

Il a également raconté que la technique de l’homéopathie remontait au XIXe siècle lorsque les connaissances scientifiques de l’humanité étaient assez limitées et ne pouvaient pas permettre de révéler “les mystères de la matière”.

Si c’est une technologie qui n’était qu’une mode il y a 200 ans, dont l’efficacité n’a jamais été prouvée par les scientifiques, pourquoi ces “médicaments” restent légaux en France, l’un des pays phares dans le domaine médical ?

Oscillococcinum, préparation homéopathique

Pour répondre à cette question, il faut s’adresser à l’Agence nationale de sécurité des médicaments et de produits de santé (ANSM). Cette dernière n’a requis qu’une chose des produits homéopathiques : ils ne doivent pas être dangereux. Aucune exigence d’efficacité. M. Cash, à son tour, explique que le gouvernement n’a pas l’intention d’interdire sur quelque chose qui n’est pas dangereux et qui n’est pas classifié comme un médicament. Les producteurs des solutions homéopathiques profitent de cette attitude.

“Le texte réglementaire indique que si le produit homéopathique est fabriqué selon les règles historiques, c’est pas dangereux. Ce n’est pas le même circuit administratif que pour un médicament classique, il est beaucoup plus facile. Pour Boiron, le fait que ce soit un circuit simplifié donne un avantage : disons pas beaucoup de demandes à formuler”, a déclaré l’interlocuteur de Sputnik. Dans le même temps, le médecin a estimé que la raison probable de la réticence du gouvernement pouvait être expliquée par le fait qu’il était inutile de faire des efforts dans cette lutte, car l’homéopathie “est une sorte de croyance” laquelle est difficile à contrer “par un raisonnement rationnel”.

“Il n’est pas certain que la prise de position et les mesures prises affectent le travail de Boiron parce qu’il y a beaucoup d’irrationnel dans la santé. Si les personnes pensent vraiment sincèrement que c’est quelque chose qui leur fait du bien, ils vont continuer à le prendre. Et ils vont penser que ceux qui sont contre l’homéopathie sont des scientifiques qui n’ont rien compris”, a-t-il conclu.

La Commission chargée de la lutte contre la pseudoscience auprès de l’Académie russe des sciences a déclaré le 6 février dans un mémorandum que “l’administration à doses extrêmement faibles” des médicaments homéopathiques n’avait aucun “fondement ni justification scientifique”. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) met en garde contre le traitement des maladies graves par des médicaments homéopathiques. Ainsi, en 2009 des experts britanniques ont demandé à l’OMS de “dénoncer publiquement l’utilisation de l’homéopathie”. Ils ont notamment souligné que les médicaments homéopathiques n’avaient aucune base scientifique et pouvaient constituer une menace réelle à la vie et à la santé humaine, lorsque pris en remplacement d’un traitement essentiel.

Le rebond réussi de François Fillon

J’ai eu l’impression que François Fillon a réussi sa conférence de presse. J’ai aussi trouvé que les journalistes s’adressaient à lui avec beaucoup de respect. Qu’en pensez-vous ?

Michel Thépault  6 février 2017 à 22 h 09 min

Pour moi rien n’a changé dans sa défense, il est toujours dans la victimisation, il n’a rien compris. Les citoyens ne veulent plus de politiques qui passent leur temps à leur mentir.
Pendant deux semaines il n’a pas cessé de se contredire dans ses déclarations et il s’en prend maintenant à la presse qui ne fait que son travail. Il a remis en cause l’interview diffusée sur FRANCE 2 dans ENVOYÉ SPÉCIAL ; la journaliste qui réalisé ce reportage à vivement réagi et dit que la chaîne avait traduit exactement les déclarations de Mme FILLON.
J’ai regardé sur le net les commentaires dans les principaux quotidiens suite à sa conférence de presse et globalement ils sont négatifs. F. FILLON aura beaucoup de mal à convaincre ; je pense qu’il ne sera pas au second tour car après plus de trente ans dans la politique sans travailler dans le privé il est, comme beaucoup de ses collègues, déconnecté de ce que nous vivons au quotidien.

Bernard Bruhat  7 février 2017 à 15 h 33 min

Fillon a relancé sa campagne. Explications peu convaincantes mais acte de contrition et excuses. C’était la moindre des choses pour un catholique pratiquant. Il n’en restera non moins un doute ou des traces dans son électorat sur sa probité, même si certains électeurs ne veulent pas regarder la vérité en face et le soutiennent quoi qu’il advienne.
Il est le candidat LR officiel et légitime puisque pas de plan B. Mais on a remarqué combien est fragile l’unité dès qu’il y a un risque de perdre une élection qui était gagnée d’avance et où il y a tant d’intérêts financiers en jeu.
Je suis inquiet après qu’il ait parlé de “déstabilisation” sur une affaire aussi simple. Je me demande toujours pourquoi il a été aussi long à réagir. Que ferait-il si, président, il avait à faire face à des difficultés majeures comme l’a été F. Hollande face aux attentats terroristes. Comment peut-on parler de “déstabilisation” alors qu’il était parfaitement au courant des investigations du Canard dont les journalistes avaient vainement tenté de l’interroger. S’imaginait-t-il au dessus de tout soupçon ou était un acte de mépris vis à vis de ce journal qui ne recherche que la transparence et la vérité. Si tout était légal, pourquoi tant de tergiversations. C’est ce qu’il reprochait à Hollande !

Pour ma part, même si je ne voterais pas pour lui à cause de son programme et du parti auquel il appartient, je préférerais un Fillon plutôt qu’un Wauquiez, un Sarkozy (renvoyé devant un tribunal correctionnel) ou un Baroin dont on ne sait avec qui il est (ami de Chirac, de Sarkozy lui-même détesté par le précédent, ennemi de Juppé le meilleur d’entre nous d’après Chirac, bref un slalomeur professionnel !). Finalement, le LR n’avait pas beaucoup de choix de substitution.